Interview with political scientist Oleg Grechenevsky.

Everything you need to understand how Russian secret services influenced our modern world.

Oleg Grechenevsky and I are registered on the LinkedIn network. Oleg was one of the profiles suggested to me by the site. One day, I asked him to join my group. I discovered that he had written a fairly critical book on the KGB, he was talking about the “KGB Mafia”.

Intrigued, I got in touch with him to learn a little more. I did a quick search on Google, found some Romanian content, some comments on forums and finally an article in English on the site, talksocialistnews, directed by Jack Mills, socialist militant, anarcho-syndicalist. I understood from reading this interview that Oleg seemed to be among the people well-informed about the secret service community. I looked at the one and only portrait of Oleg Grechenevsky, a man with clear eyes, Russian up to his beard.

Of course, we do not speak the same language or share the same culture. This is an obstacle, because conversing via the internet, by means of an online translation can be tedious, as we will see.

Oleg first sent me an abstract, in English, of his book. The few lines were, in my opinion, rather flat, but indicated that the secret services had gradually mutated into states in the state, financed by various criminal activities.

Here is a redacted version of our interviews, riddled as much as possible of unnecessary verbiages (and nonsense of automatic translation by Google). The interview is long but I maintain it in its length because, how to sum up a work of 3000 pages, and then, the subject is addressed to enthusiasts. They will not be reluctant to have passed a few pages of introduction:

“Since antiquity, all governments have been practicing espionage in neighboring countries and searching for enemy spies on their own territory. Moreover, all governments monitor their own subjects to ensure that these nationals do not organize conspiracies or secret conspiracies. Thus, the so-called “special services” have appeared in the world since time immemorial. However, after the First World War, in the most prominent countries, “special services” of a contemporary nature began to appear. (Eg Russian VChK and American FBI). These intelligence and counter-intelligence services turned into horrible monsters after they had access to independent financial resources through the narcotics trade and other criminal activities. All the “special services” in the world have begun to work for themselves and have turned into mafia groups, seizing informal power as early as the 1960s. This book is devoted to four main clans.

Investigating this complex and secret system is not simple. The author had to correct his assumptions and errors on several occasions. This study is not intended for amateurs, as is the case for any literature that aspires to rigorous and scientific. “

There was at the bottom of this rather mysterious missive a link. I clicked on it but the link did not work. I decided to get started. I had to know more about Mr. Grechenevsky, who seemed to hold so many keys to our contemporary world:

« I am very happy to be able to exchange with you and hope to help give your work the echo it deserves in the Western world. We may have difficulty communicating in our respective languages. I speak English correctly, but this is the only foreign language I use at an appropriate level, I understand that its use is less common in Russia for your generation. It is now very easy to use the Google translation to exchange a somewhat rough prose (sometimes confused!). Feel free to use this online translation service, I will manage with it and if that does not work, I will come back to check what you mean. I am sending you the text (probably oddly) translated by Google from French to Russian and an English version (which I can verify) that Google Translation uses most commonly (a priori) …

I invite you to read, if you wish, my interview with Molefi Kete Asante, an African American academic, in November 2016, this will give you an idea of ​​how I work (https: // williamkergroach.wordpress.com/ 2016/11/21 / molefi-kete-asante-a-black-aristocrat /).

First of all, given the tremendous subject you are talking about, I think it is necessary to evacuate the idea that you would be a fool, which would be the best way to discredit your work as a researcher. I do not know anything about you, I have not read your book, I do not know much about what you are studying. But I take the side of taking you seriously, considering that you must be a demanding researcher. Those that seem absurd, disturbing, you must ignore them. I do not intend to make you feel uncomfortable or irritated. I just want to try to get to the bottom of things, explaining who you are, what your job is. (I throw all that passes my head, I will not remember everything): Let’s start with you, because I have to understand your qualities, your reliability, your psychological profile, and so on. In short, I will seek to make you credible for a readership that does not know you and can be instructed unfavorably against you. What is your age, place of birth, where you grew up, in what social environment, father’s and mother’s occupation, the origin and occupation of your grandparents, political opinions and life in the USSR? How would you talk about your life then? Do you have any anecdotes? What kind of child were you? Was it already the profile of a refuznik, a rebel, a character, an unbalanced? Why ? When did you get the idea of ​​studying the KGB, how did it happen? Why the KGB in particular? Did you say that the subject was dangerous? Have you hesitated, why? Where do you live today? What is your profession, what makes you live? Who are your friends, where do they belong, what professions? What does your family, your friends, your entourage say about your study topic? Do you have political, financial, and sympathy contacts? What are your political and religious opinions, why? Do you want to move, change country, why? If you have never been in Europe, in the United States, how do you imagine life in Western Europe? In America ? Why ? Do you think that this type of life is enviable, transposable in Russia, desirable? Is that already the case, in your opinion? Why ? Did you work for the KGB, an intelligence service, near a service? Someone near you (family, friend, neighbor, teacher, girlfriend, colleague, neighborhood person) Have you ever dreamed of working for the KGB? From a foreign intelligence service? Do you think that would be possible? What motivates a service to try to hire a foreign individual? Are you married? Do you have children? If not why? If so, what information do you consider in your work? What does your wife say? Does that weaken you? What did you study, what is your academic experience? Explain your choices, your directions? Is that the route you’ve chosen from the beginning? Have there been bifurcations, failures? Are you satisfied with your career, what are your frustrations? What do you expect in the future? Social, international, academic, media, intellectual, financial, democratic? How do you see yourself in 20 years? Do you think you are a calm person, Reasonable indignant, naive, informed wounded, Traumatized frustrated anger, philosopher, Diminished sensible, timid, corruptible, vicious twisted Capable of lying, Having a superiority complex, stubborn, Vindictive Having a complex Violent, Attracted by violence, Attracted by power, Do you attack the KGB to feel important, because you are frustrated, you want to overthrow the power? Please, explain “

It was, of course, very daring. Our differences in age, culture, and social background could be so many obstacles that Mr. Oleg Grechenevsky refused to answer all these indiscreet questions. Some of these issues, as you will have noted, were seriously lacking in deference, perhaps respect, at least in a culture foreign to mine. But I wanted to know who Mr. Oleg Grechenevsky was, to shake the bases a bit to know who I was dealing with.

Mr. Grechenevsky replied,

“Dear William, you write:” I do not know anything about you, have not read your book. “And I must tell you all about my life-and nothing about this book or the book. Mafia of the KGB! This means that my book is really not interesting to you, but you need material for recruitment, I have no other explanations. But I do not need the money or even the sweet life in the West. And you can not offer me anything else … So I answered all your questions, did not you? And now you may think I’m just a composer. Okay, let’s talk more seriously. I am now retired, 64 years old, married, I have an adult son. I live in St. Petersburg. I have been pursuing my research work on the KGB since the 1970s. It was simply very interesting for me. Earlier, I studied physics at the University of Leningrad for four years. Then I entered the Faculty of History (in the evening). After three years, I abandoned, realizing that the official history of the USSR, after 1917 was merely propaganda. You will find more information about my biography in my book. »

I had some elements, and finally a comprehensible reaction from Mr. Grechenevsky. I had touched something human, sensitive to this gentleman. He lacked confidence however. And then, this surge on my role as a recruiter for the western services was pretty comical. Well, in the context, after all, Mr. Grechenevsky might have been approached that way. I replied:

“Dear Oleg,

The remote interviewing exercise is quite artificial, conducive to many misunderstandings, but I invite you to be more patient. What I have just sent you is the first part of the interview that I wanted to do with you in order to publicize your work on the KGB Mafia. First of all, you have to understand, Oleg, that you are a complete stranger in my country, and that your assertions about the KGB are rather audacious. I remind you that I told you that the questions that offended or disturb you, you had only to ignore them. If what you want to say about yourself is what you have just sent me, that will not be enough. You will appear as a retired Russian, coming from nowhere and claiming that Russia is governed by a mafia: nothing new for us, buddy … Your psychological profile, not for publication, will be weak for me and I Would take it into account. That’s all. You will be less credible, less interesting, less reliable, because I will not know anything about you and anonymous huluberlus populate the Internet. I suggest that, in return, you send me the same kind of invasive questions, and you will see what I expect. That has told you, I respect your will. It is your absolute right and, as you do not know me, I admit that the entry into matter was a little abrupt. Dear Oleg, I am not a member of the secret service (I would like to have a salary and no money problems, if I understand you correctly), I am not propagandist of the way of life that the Americans Lived with pleasure three illegal years in California before the 911 event) imposed at home, in France, in Europe; And even in you too, although to a lesser extent, from what I know about your country. I am a very independent man, I am not paid to do what I do and I will not waste my time with a man who would have a bad character. I can understand, on the other hand, that your subject of study is conducive to making you suspicious. I would be in your place. I intend to send you the remainder of my interview, which relates specifically to your work. Do you want to continue ? Otherwise, I wish you a great day. »

I was getting impatient, feeling that the affair was going to be complicated. After all, the subject was probably interesting, but I had other things to do, write my articles, work on my book. I was ready to forget about it.

Against all odds, Oleg replied :

“Dear William, Okay, if you’re really interested in my book, I’ll answer your questions. My father served in the army. His last rank was that of colonel. He was the specialist in radiolocation. In my book, I write something about my father because his military activity has always been closely tied to the security of the state. During the war, he arrived on the territory occupied by the Germans – first he was Peterhof, the region of Pskov. There, he joined a partisan unit, he knew a little German, he carried out reconnaissance tasks. After the war, my father graduated from the Leningrad Institute. In the early 1950s, he was in a unit that was responsible for the storage of nuclear weapons. He was a specialist in radio communications. But in my own biography, there’s nothing interesting. I was interrogated by the KGB, only once. My father was a supporter of Stalin. In my childhood and early youth, I expressed fully Communist views. It was only in 1973, for my military service, that I discovered the Soviet real life, not exactly similar to its description in the newspapers. I began to think, to take an interest in Soviet history, in the dark hours, like the repression of 1937). Little by little, in the 1980s, I became an anti-Soviet dissident. The news terribly upset my father … “

It was different from what I was hoping for, but it was very interesting. I was satisfied and encouraged me to continue the interview. I sent my second batch of questions about Oleg’s monumental book (3000 pages):

“Dear Oleg,

Well, let’s go to your book about the origins of our democratic regime. Do not have your book (and I wouldn’t be able to read it), I draw inspiration from your interview with talksocialistnews.com. You present yourself, I believe, as a political scientist. In which institution did you work, on what subjects? Leningrad is the city where you live, is it the best city to study the KGB? Can you tell us who in the KGB overthrew Mikhail Gorbachev in 1991? How did it precipitate the collapse of the USSR? Was not the fruit already rotten, ready to fall? How did all this happen (that we could not read, in the official version, in the newspapers)?

But back to the beginning: your book What are the titles of the chapters? Who do you talk to in your book? What are the difficulties in naming people? What do you think of Mr. Putin, his role in the KGB, his real influence, his role for the country? Can you tell who are the much more powerful men than Mr. Putin, their influence in the country and in the world? Is Putin their puppet, their adversary, their servile accomplice, their boss? Or just one of them? I understand that Mr. Putin was homosexual: !!!!!! ????? I must have misunderstood ! What are your proofs? What are the 4 clans of which you speak, why alone? Are there any others that have been formed since then? In patriotic circles in France, Putin has rather a good press because he is perceived as ready to defend the interests of Russia against the globalism of Wall Street and the financial circles. What do you think ? Who is Putin to your eyes (to the extent of caution and your safety)? What is your angle, what you want to prove or denounce in this book: the denunciation of the mafia drift of the secret services? Their role in the destruction of your country’s democratic, political and military system? What is the motive of the action of these mafioses? Are they aware of the damage they can cause to Russia, to the USSR at the time? Have they changed on these issues of conscience? Where is the book going? When did you write, for how long? What are the historical periods covered by the book? Have there been any new events after the publication of the book that confirmed or reversed your analysis in the book? How do you work? What is your working method? Could a person on the street find the information you give in the book? What makes you decide to talk about a topic? Have you chosen to shut up certain subjects, for what reasons? As an author, are you a patriot? A rebel to the system, an anarchist? Do you think that the fall of the USSR is a bad thing, why? Why did you write this book? (Going further, if you can, than discovering the realities of the Soviet system during your military service.) What made you keep this subject for twenty or thirty years? Have you become cynical, embittered because you know? Are you in danger because of your work? What, in your opinion, are the reasons for hoping for improvement, for a more democratic, more serene future for justice? Why should the readers of Russia and the West read your book? Will that change something? What could change the situation? What are the other consequences we can expect in the years to come? What intellectuals, like you, are helping to improve things in Russia? Please list those you respect In the interview with the blogger of talksocialistnews, you say that what happens at the KGB also happens among the people of the CIA, the MI5 (drugs, prostitution). All these people seem more concerned about their enrichment than about the affairs of the state. But who takes care of real espionage? I think you’re presented as a conspirator, a composer. Introduce yourself, give yourself, in your book, proofs of what you are advancing? Is there a publisher in the West ready to publish you? Do you see, in the world, a great globalist movement set up? If so, how far do you think it will go? Do you think Russia will be spared? »

I had thrown, as for questions about the author, all that passed through my head. Oleg Grechenevsky must have begun to know me…

He replied :

” Dear William, What do you mean by “I do not have your book”? It’s FREE access on the Internet! And you have your Google for translation … In Russia there were no – and still are not “institutions” to study the mafia of the KGB. So that’s my “hobby” … In 1991, there were two clans of the KGB mafia. “The Moscow clan of the KGB”, to which President Gorbachev belonged, had under his reign all the power structures of the Soviet Empire. And there was the so-called (according to me) pro-american KGB clan , Which in 1991 took power in the main Soviet republics – Russia, Ukraine, the Baltic States, and so on. This mafia clan of the KGB was in favor of the disintegration of the Soviet Union. It reached the end of 1991 with the active support of the West. Of course, the desire for independence of the republics vis-à-vis Russia was used. For powerful people, I could quote a few generals from the KGB services, for example, Yuri Drozdov, former head of illegal exploration PGU KGB, or Viktor Budanov, a former KGB chief at the power unit. But I doubt they say much to your readers. »

Here are the topics covered in Oleg Grechenevsky’s research:

Part 1: How it all began. What are the “agencies” of power? The KGB at the forefront of the struggle for “perestroika”. The victory of the forces of democracy. A few words about Comrade Krutchkev. The soldiers of the invisible front. The phenomenon of Sobchak. August 1991: Who won and who lost? Boris Yeltsin, as the mirror of the democracy of Russia. Our great leader and professor, Comrade Putin. Methods of Russian special services in the midst of conditions of freedom and democracy.

Part 2: Yeltsin and Korzhakov. Gangster State is not so serious.

Part 3: Youri Vladimirovich Andropov. Andropov and Gorbachev. 1982, a crucial year. Gorbachev and the Romanovs. Chebrikov and the hooks. Krutchkev and the August coup. Secrets of the Foreign Intelligence Service. Who really holds the country? Note to Part 3

Part 4: Foreign Intelligence in Cherbrikov. The rear base of the foreign intelligence. In the framework of a “mafia”, did intelligence enter into Kruchkev? August 1991, a new version of the events. Andropov is the founder of the “European Mafia”. The victory of democracy. Europe has always overcome Asia!

Part 5: Summary. The unavoidable union of free republics. Secret agent. A great way to heroin. How the KGB Mafia shares stolen money. The noble community. Money should grow and grow!

Part 6: New look at the fight against clans in the KGB. The struggle for power after the death of Andropov. Who was the father of democracy? Phase of Stepashin. The unity and enmity of the two mafias.

Part 7: European Mafia “foreign intelligence”.

Part 8: European mafia “foreign intelligence – addition. Asian mafia” foreign intelligence.

Part 9: “European mafia” – addition. Asian Mafia “foreign intelligence – addition

Part 10: New look at fighting the KGB faction in the dominant mafia, Gaidar and his team, the first division in the dominant mafia, October 1993. Independent Ichkeria.

Part 11 : Terrorism Another disintegration of the “Asian mafia” The oligarchs

Part 12: The oligarchs, suite The hot summer 1996. President of the administration with Chubais The second government of Chernomyrdin Landscape after the battle.

Part 13: 1997, lull between storms President’s administration in 1997. Third government of Chernomyrdin Battle of Chubai with Berezovsky 1998, the year by default Kiriyenko government Primakov government President’s administration in autumn 1998.

Part 14: Intensification of the struggle among the ruling elite at the end of 1998. Stepashin government, Putin and the FSB, Putin’s government and administration Presidential.

Part 15: Presidential administration in 2000. Cabinet of Mikhail Kasyanov. Power structures under Putin. 2002, the year of “Nord-Ost”. 2003, Presidential Administration. 2004, government and administration of the president.

Part 16: “Young economists” of Gaidar-Chubais. Institute of scientific research of all unions for system studies. “The Commission of the Political Bureau”. International Institute for Applied Systems Analysis. Central Economic and Mathematical Institute.

Part 17: Chubai and his team. Worshop “Snake Jam”. Political club “Perestroika”. Discussion Club “Synthesis”. Institute for Economics and Forecasting of Scientific and Technical Progress.

Part 18: Spring 2004. Chebrikov, Kryuchkov, Yeltsin, Luzhkov and Iosif Kobzon.

Part 19: Gangster War of the 1990s in Moscow. The drug mafia of Vladimir Filin.

Part 20: Why the European police do not fight against our KGB mafia (continued). The “Moscow clan”. Shabtai Kalmanovich. Boris Birstein. Grigory Luchansky. Semyon Mogilevich. Author’s call.

Part 21 : Putting drug traffickers out of the mafia of the external secret services has now become quite impossible – neither in Russia nor even in the West. “Clan Berezovsky , Arkadi Gaydamak, Lev Leviev … Appendix №1 to 21 pieces, Appendix №2 to part 21

Part 22: Reshuffle in November 2005. The KGB and the CIA. Secret Institutions of the KGB. Fall of the Soviet Empire or Misha sweet. Letter from VK Bukovsky.

Part 23: Role of the State Committee of the USSR in the establishment of democracy in Russia. “Parallel Center”, the KGB is preparing for economic reform. Grigory Yavlinsky or Taming of the Shrew. Team of State Committee of the USSR.

Part 24: Who runs the group of Vladimir Filin? A new look at the fight against KGB groups. Doom 1999. Serving the World Capital. Terrorist attack on September 11, 2001 (9/11). Mutually beneficial business and cooperation between the CIA and the KGB. Appendix to Part 24.

Part 25: Correspondence of the author with the characters in the book. President Yeltsin and his “family”. 1994, the first division of the KGB mafia. Annex to Part 25.

Part 26: KGB wolves wearing sheep. Export of weapons and KGB clans. The overthrow of General Korzhakov. 1997, the second largest division of the geometry of the Kremlin. “Triangle” Chekist.

Part 27: The new Putin will be Sergei Ivanov. What Mafia operates Kasyanov? Kiriyenko

Oleg Grechenevsky continued his presentation :

« Putin is simply a figurehead, a so-called agent. The KGB’s “Clan Saint-Petersburg” is the smallest of the KGB’s four clans, and its role in politics has been greatly exaggerated, in fact, it serves as the figurehead of the whole. You can find circumstantial evidence of Putin’s unconventional tastes if you are interested (I was not) … I have four Chekist clans trained in the mid-90s. 1999, the Korzhakov clan of the KGB (a small fragment of a pro-American clan) merged with the Moscow clan. Another small fragment of a pro-American clan, the Petersburg clan, to which Putin belongs is allied With the Moscow-Korzhakov unit (and the CIA seems to be on their side at the moment). They are fighting against the most powerful (to this day), the “family clan of the KGB.” In the 1990s, in reference to the family of President Yeltsin.

In the western world, we know absolutely nothing about these belligerent factions that make up our “Kremlin”. In fact, Putin’s group, as well as the CIA (which controls not only the US administration but also the UK government since the 1970s) have tried unsuccessfully to take control of the European Union. It was only when they failed in this struggle that the United States worked at the collapse of the European Union. This explains the recent British release … “

Oleg Grechenevsky paused to catch his breath. The amount of information was already important. He told me that his book was available online. I tried to find, it took little time: http://grechenevsky.com/html/sources/index.html Everything was there. Obviously, the Google translation was pretty bad. But there was a lot to understand. I already heard the learned Oleg Grechenevsky tell me: it’s all there, just read! I was still trying to ask him to keep up the momentum. And if he sent me back to reading his pavement, I could not blame him. We, the Western Europeans, were so degenerate, incapable of such an effort.

Dear Oleg,

Yes, your subject is complex. Hereafter is the account I make of our exchanges untill today. Thank you for revising it to correct misconceptions (difficult to avoid). I totally omitted some passages “destroyed” after Google translation. Do not hesitate to reintroduce them if they are indispensable. Your chapter subjects intrigue me. I suggest you continue your answers.

I will come back, perhaps, to you for specific questions about your various chapters. I am not a specialist in Russia, many names and events escape me but I am shoved like a fish at the end of a line! “

Oleg was always ready to go on. He said :

The main aim of my research is only scientific: to find the truth. It is not so easy, in the dark world of the secret services... 

I believe that originally, in the 1970s, none of the KGB clans seek to destroy the Soviet empire. The security agents, led by Andropov, would only carry out economic reforms, as they were fully aware that the Soviet Union had begun to loose economical and technical war against the West, in all directions. Our industry could not even produce samples of modern technology. Our spies had to steal it to the West. But the party apparatus strongly resisted any attempt to introduce market reforms and give some freedom to directors of state-owned enterprises. The fight with the party led Gorbachev (a secret agent of the KGB Moscow clan) to believe that reform began with transparency and democratization. Security agents did not consider that  liberalization of the Soviet empire from rigid totalitarianism would inevitably lead to its collapse. They had underestimated nationalism in the Soviet republics. A fierce fight for power between two clans of the KGB. In the late eighties, one of the KGB clans, who was in favor of an alliance with the West, began to consciously fight for the independence of the Soviet republics ...
It turns out that democracy, in Russia as in other Soviet republics, was actually given by the KGB. Of course, our "democracy" is closely controlled by the clans of the KGB. Freedom of expression in Russia is limited to the Internet. But I still believe that even half a democracy is still much better than what it was for a thousand years of our country's history, until 1991 ...”

It was becoming really interesting. I just wanted this never to stop. But, of course, the will of Oleg Grechenevsky had to be respected. I wrote:

« Thank you Oleg,

that begins to light up for me. I invite you to continue your answers, at your own pace.

I would like to publish this interview on my blog, in French and in English, under the title:

  Interview with political scientist Oleg Grechenevsky.

Everything you need to understand how Russian secret services influenced our modern world.

Would you allow me to do that?

I would also like to ask you, if you can, to send me a recent photo-portrait of you and to regularly check that my transcription respects your thoughts. It seems to me that your conclusions are sufficiently balanced. The “mafias” of the KGB appear to me less antipathic than words say at first … »

As usual, Oleg promptly replied :

« William,

Of course I agree with your proposition. You can edit in the Internet all my book, if you want… I send you the only photo, I have in my comp, which was made in 2009 (when the Russian unit of the “Voice of America” published an interview with me).

Did our Chekists realize that the perestroika that they started could end in the collapse of the entire Soviet empire?

Certainly.

In the first year of Gorbachev’s reign, he did not dare to start reforms, but actually tried to continue the former socialist course. But our rulers had no other choice, since the Soviet empire had already exhausted all its reserves by that time. The arms race, the Afghan war, the partisan struggle against the West on all continents, assistance to the socialist countries and friendly regimes hung heavy on the economy of the country.

And then Americans, in 1985, brought down the price of oil, with the help of their allies from Saudi Arabia – three times at once !

In April 1986, a catastrophe occurred at the Chernobyl nuclear power plant – and huge money was spent to eliminate its consequences (they spent without account, no one even knows about the total amount of damage). To this can be added the fatal error of our rulers, who then started fighting against drunkenness – and this at a time when almost a quarter of the country’s budget was formed through the monopoly sale of vodka, at a very expensive price. What caused losses of many billions of rubles – more than from Chernobyl! (Instead of economic reform, they first took up all sorts of nonsense) …

It was only then, from the spring of 1986, that Gorbachev began real perestroika – first he gradually abolished censorship and stopped political repressions, and then even began to hold democratic elections … »

 

 

 

 

Oleg Grechenevsky

 

Oleg Grechenevsky et moi-même sommes inscrits sur le réseau LinkedIn. Oleg faisait partie des profils qui m’étaient suggérés par le site. Un jour, je lui ai demandé de rejoindre mon groupe. J’ai découvert qu’il avait écrit un livre assez critique sur le KGB, il y parlait de la « mafia du KGB ».

Intrigué, je suis entré en contact avec lui pour en savoir un peu plus. J’ai fait une recherche rapide sur Google , ai trouvé du contenu en roumain, quelques commentaires sur des forums et,enfin, un article en anglais sur le site, talksocialistnews, dirigé par Jack Mills, militant socialiste, anarcho-syndicaliste. J’ai cru comprendre, en lisant cet interview, qu’Oleg semblait faire partie des gens bien informés sur le milieu des services secrets. J’ai regardé le seul et unique portrait d’Oleg Grechenevsky, un homme aux yeux clairs, russe jusqu’à la barbe.

Bien sûr, nous ne parlons pas la même langue ni ne partageons la même culture. C’est un obstacle, car converser par internet, au moyen d’une traduction en ligne peut se révéler fastidieux, comme nous allons le voir.

Oleg m’a envoyé en premier un résumé, en anglais, de son livre. Les quelques lignes étaient, à mon sens, un peu plates mais indiquaient que les services secrets avaient, peu à peu, muté en états dans l’état, se finançant par diverses activités criminelles.

Voici une version expurgée de nos entretiens, débarrassée autant que possible de verbiages inutiles (et des absurdités de la traduction automatique par Google). L’interview est longue mais je la maintiens dans sa longueur car, comment résumer un travail de 3000 pages, et puis, le sujet s’adresse aux passionnés. Ils ne pourront rechigner d’y avoir passé quelques pages d’introduction :

« Depuis l’antiquité, tous les gouvernements pratiquent l’espionnage dans les pays voisins et cherchent les espions ennemis sur leur propre territoire. En outre, tous les gouvernements surveillent leurs propres sujets pour s’assurer que ces ressortissants n’organisent pas de complots ou de conspirations secrètes. Ainsi, les soi-disant, «services spéciaux» sont apparus dans le monde depuis des temps immémoriaux. Cependant, après la Première Guerre mondiale, dans les pays les plus en vue, les «services spéciaux» de nature contemporaine ont commencé à apparaître. (ex : VChK russe et FBI américain). Ces services de renseignement et de contre-espionnage se sont transformés en des monstres horribles, après qu’ils aient eu accès à des ressources financières indépendantes, au moyen du commerce des stupéfiants et d’autres activités criminelles. Tous les «services spéciaux» dans le monde ont commencé à travailler pour eux-mêmes et se sont transformés en groupes mafieux, s’emparant, dès les années 1960 du pouvoir officieux. Ce livre est consacré à quatre clans principaux.

Enquêter sur ce système complexe et secret n’est pas simple. L’auteur a dû corriger à plusieurs reprises ses hypothèses et les erreurs. Cette étude n’est pas destinée aux amateurs, comme c’est le cas pour toute littérature qui aspire à rigoureuse et scientifique. »

Il y avait au bas de cette missive assez mystérieuse un lien. Je cliquais dessus mais le lien ne fonctionnait pas. Je décidais de me lancer. Il me fallait absolument en connaître plus sur ce monsieur Grechenevsky qui semblait détenir tant de clés sur notre monde contemporain : « 

Je suis très heureux de pouvoir échanger avec vous et espérons aider à donner à votre travail l’écho qu’il mérite dans le monde occidental. Nous pouvons avoir du mal à communiquer dans nos langues respectives. Je parle anglais correctement, mais c’est la seule langue étrangère que j’utilise à un niveau approprié, je comprends que son utilisation est moins fréquente en Russie pour votre génération. Il est maintenant très simple d’utiliser la traduction de Google pour échanger une prose quelque peu approximative (parfois confuse!). N’hésitez pas à utiliser ce service de traduction en ligne, je vais gérer avec lui et si cela ne fonctionne pas, je reviendrai pour vérifier ce que vous voulez dire. Je vous envoie le texte (probablement bizarrement) traduit par Google du français au russe et une version en anglais (que je peux vérifier) ​​que Google Translation utilise le plus couramment (a priori) …

Je vous invite à lire, si vous le souhaitez, mon entretien avec Molefi Kete Asante, un universitaire afro-américain, en novembre 2016, cela vous donnera une idée de la façon dont je travaille (https: // williamkergroach.wordpress.com/ 2016/11/21 / molefi-kete-asante-a-black-aristocrat /).

Tout d’abord, compte tenu du sujet formidable que vous abordez, je pense qu’il est nécessaire d’évacuer l’idée que vous seriez un comédien fou, ce qui serait la meilleure façon de discréditer votre travail de chercheur. Je ne sais rien de vous, je n’ai pas lu votre livre, je ne connais pas beaucoup ce que vous étudiez. Mais je prends le parti de vous prendre au sérieux, considérant que vous devez être un chercheur exigeant. C’est avec ce préjugé favorable que je vous adresse mes premières questions. Celles qui vous semblent absurdes, dérangeantes, vous devez les ignorer. Je n’ai pas l’intention de vous faire sentir mal à l’aise ou de vous irriter. Je souhaite simplement tenter d’aller jusqu’au bout des choses, en expliquant qui vous êtes, quel est votre travail. (Je jette tout ce qui me passe ma tête. Je ne retiendrai pas tout):

Commençons par vous, car je dois comprendre vos qualités, votre fiabilité, votre profil psychologique, etc. En bref, je vais chercher à vous rendre crédible pour un lectorat qui ne vous connaît pas et peut être instruit défavorablement à votre encontre.

Quel est votre âge, lieu de naissance, où vous avez grandi, dans quel environnement social, l’occupation de père et mère, l’origine et la profession de vos grands-parents, les opinions politiques et la vie en URSS? Comment parleriez-vous de votre vie alors? Avez-vous des anecdotes?

Quel genre d’enfant étiez-vous ? Etait-ce déjà le profil d’un refuznik, d’un rebelle, d’un personnage, d’un déséquilibré? Pourquoi ?

Quand avez-vous eu l’idée d’étudier le KGB, comment est-ce arrivé? Pourquoi le KGB en particulier? Avez-vous dit que le sujet était dangereux? Avez-vous hésité, pourquoi?

Où vivez-vous aujourd’hui? Quelle est votre profession, qu’est-ce qui vous fait vivre? Qui sont vos amis, d’où appartiennent-ils, quelles professions? Qu’appelle votre famille, vos amis, votre entourage sur votre sujet d’étude? Avez-vous des contacts politiques, financiers, et des sympathies? Quelles sont vos opinions politiques et religieuses, pourquoi?

Voulez-vous déménager, changer de pays, pourquoi? Si vous n’avez jamais été en Europe, aux États-Unis, comment imaginez-vous la vie en Europe occidentale? En Amérique ? Pourquoi ? Pensez-vous que ce type de vie est enviable, transposable en Russie, souhaitable? Est-ce déjà le cas, à votre avis? Pourquoi ?

Avez-vous travaillé pour le KGB, un service de renseignement, près d’un service?

 Quelqu’un près de chez vous (famille, ami, voisin, enseignant, petite amie, collègue, personne de quartier) Avez-vous déjà rêvé de travailler pour le KGB? D’un service de renseignement étranger? Pensez-vous que ce serait possible? Qu’est-ce qui motive un service pour tenter d’embaucher un individu étranger?

Es-tu marié? Avez-vous des enfants? Sinon pourquoi? Si c’est le cas, cette information que vous considérez-vous dans votre travail? Que dit votre femme? Est-ce que cela vous affaiblit?

Qu’avez-vous étudié, quelle est votre expérience académique? Expliquez vos choix, vos directions? Est-ce que c’est l’itinéraire que vous avez choisi depuis le début? Y a-t-il eu des bifurcations, des échecs? Êtes-vous satisfait de votre carrière, quelles sont vos frustrations?

Qu’attendez-vous à l’avenir? Social, international, académique, médiatique, intellectuel, financier, démocratique? Comment vous voyez-vous en 20 ans?

Pensez-vous que vous êtes une personne calme,

 Indignée

 raisonnable,

 naïve,

 informée

 blessée,

 Traumatisée

 frustrée

en colère,

philosophe,

Diminuée

sensible,

craintive,

corruptible,

vicieuse

tordue

Capable de mentir,

Ayant un complexe de supériorité,

têtue,

Vindicative

Ayant un complexe d’infériorité,

violente,

Attirée par la violence,

Attirée par le pouvoir,

Attaquez-vous le KGB pour vous sentir important, car vous êtes frustré, vous voulez renverser le pouvoir? S’il vous plaît, expliquez »

C’était, bien sûr, très osé. Nos différences d’âge, de culture, de milieu social pouvaient constituer autant d’obstacles pour que M. Oleg Grechenevsky refuse de répondre à toutes ces questions si indiscrètes. Certaines de ces questions, vous l’aurez noté, manquaient sérieusement de déférence, de respect peut-être, tout au moins dans une culture étrangère à la mienne. Mais je voulais savoir qui était M. Oleg Grechenevsky, bousculer un peu les bases pour savoir à qui j’avais affaire.

M. Grechenevsky me répondit :

« Cher William,

Vous écrivez: “Je ne sais rien de vous, n’ai pas lu votre livre” … Et je dois vous dire tout sur ma vie – et rien sur ce livre ou sur la mafia du KGB ! Cela signifie que mon livre n’est vraiment pas intéressant pour vous, mais vous avez besoin de matériel pour le recrutement, je n’ai pas d’autres explications.

Mais je n’ai pas besoin de l’argent ni même de la douce vie en Occident. Et vous ne pouvez pas m’offrir quelque chose d’autre …

Donc, j’ai répondu à toutes vos questions, n’est-ce pas?

Et maintenant, vous pouvez penser que je ne suis que qu’un complotiste.

D’accord, parlons plus sérieusement. Je suis maintenant retraité, 64 ans, marié, j’ai un fils adulte. J’habite à-Saint Pétersbourg.

Je poursuis mon travail de recherche sur le KGB depuis les années 70. C’était tout simplement très intéressant pour moi. Plus tôt, j’ai étudié la physique à l’Université de Leningrad, pendant quatre ans. Ensuite, je suis entré à la faculté d’histoire (en cours du soir). Après trois ans, j’ai abandonné, me rendant compte que l’histoire officielle de l’URSS, après 1917 n’était que propagande. Vous trouverez d’autres informations sur ma biographie dans mon livre. »

J’avais quelques éléments, et finalement une réaction compréhensible de M. Grechenevsky. J’avais touché quelque chose d’humain, de sensible chez ce monsieur. Il manquait la confiance cependant. Et puis, cette envolée sur mon rôle de recruteur pour les services de l’Ouest était assez cocasse. Bon, dans le contexte, après tout, M. Grechenevsky avait peut-être été approché de cette façon. Je répondis :

« Cher Oleg,

L’exercice d’interview à distance est assez artificiel, propice à de nombreux malentendus, mais je vous invite à être plus patient.

Ce que je viens de vous envoyer est la première partie de l’interview que je voulais faire de vous, pour faire connaître votre travail sur la mafia KGB.

Tout d’abord, vous devez comprendre, Oleg, que vous êtes un étranger complet dans mon pays, et que vos assertions sur le KGB sont plutôt audacieuses. Je vous rappelle que je vous ai dit que les questions qui vous offensaient ou vous troublaient, vous n’aviez qu’à les ignorer.

Si ce que vous voulez répondre à propos de vous-même, c’est ce que vous venez de m’envoyer, cela ne suffira pas. Vous allez apparaître comme un russe à la retraite, venant de nul part et affirmant que la Russie est gouvernée par une mafia: rien de nouveau pour nous, mon pote …

Votre profil psychologique, non pour publication, sera faible pour moi et je le prendrais en compte. C’est tout. Vous serez moins crédible, moins intéressant, moins fiable, car je ne connaîtrai rien de vous et les huluberlus anonymes peuplent l’Internet.

Je suggère que, en retour, vous m’envoyez ce même genre de questions envahissantes, et vous verrez ce que j’attends.

Cela vous l’a dit, je respecte votre volonté. C’est votre droit absolu et, comme vous ne me connaissez pas, je reconnais que l’entrée en matière était un peu brusque.

Chère Oleg, je ne suis pas membre des services secrets (j’aimerais avoir un salaire et aucun problèmes d’argent, si je vous comprends bien), je ne suis pas propagandiste du mode de vie que les Américains (bien que J’ai vécu avec plaisir trois années illégales en Californie avant l’événement du 911) ont imposé chez moi, en France, en Europe ; Et même chez vous aussi, bien que dans une moindre mesure, d’après ce que je connais de votre pays.

Je suis un homme très indépendant, je ne suis pas payé pour faire ce que je fais et je ne perdrai donc pas mon temps avec un homme qui aurait un mauvais caractère. Je peux comprendre, d’autre part, que votre sujet d’étude sois propice à vous rendre soupçonneux. Je le serais à votre place.

J’ai l’intention de vous envoyer le reste de mon entretien qui, précisément, concerne votre travail. Voulez-vous continuer ? Sinon, je vous souhaite une excellente journée. »

Je commençais à m’impatienter, pressentant que l’affaire allait être compliquée. Après tout, le sujet était probablement intéressant, mais j’avais d’autres choses à faire, écrire mes articles, travailler à mon livre. J’étais prêt à oublier l’affaire.

Contre toute attente, Oleg me répondit :

« Cher William,

 

D’accord, si vous êtes vraiment intéressé par mon livre, je vais répondre à vos questions.

 

Mon père a servi dans l’armée. Son dernier grade était celui de colonel. Il était le spécialiste de la radiolocalisation. Dans mon livre, j’écris quelque chose au sujet de mon père parce que son activité militaire a toujours été étroitement liée à la sécurité de l’Etat. Pendant la guerre, il est arrivé sur le territoire occupée par les Allemands – d’abord il était Peterhof, la région de Pskov. Là, il rejoint une unité partisane, il connaissait un peu l’allemand, il a effectué des tâches de reconnaissance.

Après la guerre, mon père a été diplômé de l’Institut de Leningrad. Au début des années 50, il était dans une unité qui était responsable du stockage des armes nucléaires. Il faisait un travail de spécialiste en communications radio.

Mais dans ma propre biographie, il n’y a rien d’intéressant. J’ai été interrogé par le KGB, une seule fois.

Mon père était un partisan de Staline. Dans mon enfance et ma première jeunesse, j’exprimais des opinions entièrement communistes. Ce fut seulement en 1973, pour mon service militaire, que je découvris la vie réelle soviétique, pas tout à fait semblable à sa description dans les journaux. J’ai commencé à penser, à m’intéresser à l’histoire soviétique, aux heures sombres, comme la répression de 1937). Peu à peu, vers les années 1980, je suis devenu un dissident anti-soviétique. La nouvelle a terriblement bouleversé mon père … »

C’était différent de ce que j’espérais, mais c’était très intéressant. J’étais satisfait et cela m’encourageait à poursuivre l’interview. J’envoyais mon deuxième lot de questions portant plus particulièrement sur le livre monumental (de 3000 pages) d’Oleg Grechenevsky :

« Cher Oleg,

Eh bien, passons aux questions sur votre livre “Sur les origines de notre régime démocratique”

Comme je n’ai pas votre livre (et je ne pourrais pas le lire), je m’inspire de votre interview accordée à talksocialistnews.com.

Vous vous présentez, je le crois, en tant que politologue. Dans quel établissement avez-vous travaillé, sur quels sujets? Leningrad est la ville où vous vivez, est-elle la meilleure ville pour étudier le KGB?

Pouvez-vous nous dire qui, dans le KGB, a renversé Mikhail Gorbatchev en 1991? Comment cela a-t-il précipité l’effondrement de l’URSS? Le fruit n’était-il pas déjà pourri, prêt à tomber? Comment tout cela s’est-il passé (que nous ne puissions pas lire, dans la version officielle, dans les journaux)?

Mais revenons au début: votre livre

Quels sont les titres des chapitres ?

À qui parlez-vous dans votre livre? Quelles sont les difficultés à nommer les gens? Que pensez-vous de M. Poutine, de son rôle dans le KGB, de son influence réelle, de son rôle pour le pays?

Pouvez-vous dire qui sont les hommes beaucoup plus puissants que M. Poutine, leur influence dans le pays et dans le monde? Poutine est-elle leur marionnette, leur adversaire, leur complice servile, leur patron? Ou un seul d’entre eux?

Je crois comprendre que M. Poutine était homosexuel: !!!!!! ????? J’ai du mal comprendre ! Quelles sont vos preuves?

Quels sont les 4 clans dont vous parlez, pourquoi eux seuls? Il n’y en pas d’autres qui se soient formés depuis ?

Dans les milieux patriotiques en France, Poutine a plutôt une bonne presse parce qu’il est perçu comme prêt à défendre les intérêts de la Russie contre le mondialisme de Wall Street et des milieux financiers. Qu’est-ce que vous en pensez ? Qui est Poutine à vos yeux (dans la mesure de la prudence et de votre sécurité)?

Quel est votre angle, ce que vous voulez prouver ou dénoncer dans ce livre: la dénonciation de la dérive mafieuse des services secrets? Leur rôle dans la destruction du système démocratique, politique et militaire de votre pays?

Quel est le motif de l’action de ces mafieux? Sont-ils conscients des dommages qu’ils peuvent causer à la Russie, à l’URSS à l’époque? Ont-ils changé sur ces questions de conscience?

Où se passe l’action du livre?

Quand avez-vous écrit, pendant combien de temps? Quelles sont les périodes historiques couvertes par le livre? Y a-t-il eu de nouveaux événements, après la publication du livre, qui ont confirmé ou infirmé vos analyses dans le livre?

Comment travaillez-vous? Quelle est votre méthode de travail?

Une personne dans la rue pourrait-elle trouver les informations que vous donnez dans le livre?

Qu’est-ce qui vous fait décider de parler d’un sujet? Avez-vous choisi de taire certains sujets, pour quelles raisons?

En tant qu’auteur, êtes-vous un patriote? Un rebelle au système, un anarchiste?

Pensez-vous que la chute de l’URSS soit une mauvaise chose, pourquoi?

Pourquoi avez-vous écrit ce livre? (En allant plus loin, si vous le pouvez, que le fait de découvrir les réalités du système soviétique pendant votre service militaire) Qu’est-ce qui vous a fait garder ce sujet pendant vingt, trente ans?

Êtes-vous devenu cynique, aigri parce que vous savez?

Êtes-vous en danger en raison de votre travail?

Quelles sont, à votre avis, les raisons d’espérer une amélioration, pour un avenir plus démocratique, plus serein, pour la justice?

Pourquoi les lecteurs de la Russie, et de l’Ouest, devraient-ils lire votre livre? Cela changera-t-il quelque chose? Qu’est-ce qui pourrait changer la situation?

Quelles sont les autres conséquences que nous pouvons attendre dans les années à venir?

Quels intellectuels, comme vous, contribuent-ils à améliorer les choses en Russie? Veuillez nommer ceux que vous respectez

Dans l’interview du blogueur de talksocialistnews, vous dites que ce qui se passe au KGB arrive également parmi les gens de la CIA, du MI5 (drogues, prostitution). Toutes ces personnes semblent plus préoccupées par leur enrichissement que par les affaires de l’État. Mais qui prend soin de l’espionnage réel?

Je trouve que vous êtes présenté comme un conspirateur, un compositeur. Présentez-vous, donnez-vous, dans votre livre, des preuves de ce que vous avancez?

Y a-t-il un éditeur à l’Ouest prêt à vous publier?

Voyez-vous, dans le monde, un grand mouvement mondialiste mis en place? Si oui, jusqu’où pensez-vous que cela va aller? Pensez-vous que la Russie sera épargnée? »

J’avais jeté, comme pour les questions sur l’auteur, tout ce qui me passait par la tête. Oleg Grechenevsky devait bien commencer à me connaître…

Il me répondit :

« Cher William,

Qu’entendez-vous par ces mots: “Je n’ai pas votre livre”? C’est en accès GRATUIT sur Internet! Et vous avez votre Google pour la traduction …

En Russie, il n’y avait pas – et ne sont toujours pas des “institutions” pour étudier la mafia du KGB. Donc, c’est mon “passe-temps” …

En 1991, il y avait deux clans de la mafia du KGB. “Le clan de Moscou du KGB”, auquel appartenait le président Gorbatchev, avait sous son règne toutes les structures de pouvoir de l’Empire soviétique. Et il y avait le soi-disant (selon moi) « clan pro-américain du KGB », qui, en 1991, avait pris le pouvoir dans les principales républiques soviétiques – la Russie, l’Ukraine, les États baltes, etc. Ce clan mafieux du KGB était favorable à la désintégration de l’Union soviétique. Il y est parvenu à la fin de 1991 avec le soutien actif de l’Occident.

Bien entendu, le désir d’indépendance des républiques vis-à-vis de la Russie a été utilisé.

Pour les gens puissants, je pourrais citer quelques généraux des services du KGB, par exemple, Yuri Drozdov, ancien chef de l’exploration illégale PGU KGB, ou Viktor Budanov, un ancien chef du KGB à l’unité d’alimentation. Mais je doute qu’ils disent grand chose à vos lecteurs.

Voici les sujets abordés dans l’ouvrage de recherche d’Oleg Grechenevsky :

Partie 1:

Comment tout a commencé. Quelles sont les «agences» de pouvoir? Le KGB à l’avant-garde de la lutte pour la “perestroïka”. La victoire des forces de la démocratie. Quelques mots au sujet du camarade Kroutchkev. Les soldats du front invisible. Le phénomène de Sobchak.

Août 1991 : qui a gagné et qui a perdu ? Boris Yeltsin, comme le miroir de la démocratie de la Russie.

Notre grand chef et professeur, le camarade Poutine.

Méthodes des services spéciaux russes au milieu des conditions de liberté et de démocratie.

Partie 2:

Yeltsin et Korzhakov. Gangster State n’est pas si grave.

Partie 3:

Youri Vladimirovich Andropov. Andropov et Gorbatchev.

1982, une année cruciale. Gorbatchev et les Romanov.

Chebrikov et les crochets. Kroutchkev et le coup d’Etat d’août.

Secrets du service de renseignement étranger.

Qui tient vraiment le pays ?

Note à la partie 3

Partie 4:

Intelligence étrangère à Cherbrikov. La base arrière de l’intelligence étrangère. Dans le cadre d’un «mafia», l’intelligence est-elle entrée dans Kroutchkev?

Août 1991, une nouvelle version des événements.

Andropov est le fondateur de la «mafia européenne».

La victoire de la démocratie. L’Europe a toujours surmonté l’Asie!

Partie 5:

Résumé. Union incontournable des républiques libres.

Agent secret.

Une excellente façon d’héroïne.

Comment la mafia du KGB se partage l’argent volé. La communauté noble. L’argent devrait grandir et pousser !

Partie 6:

Nouveau regard sur la lutte contre les clans au sein du KGB.

La lutte pour le pouvoir après la mort d’Andropov.

Qui était le père de la démocratie?

Phénomène de Stepashin.

L’unité et l’inimitié des deux mafias.

Partie 7:

mafia européenne “intelligence étrangère”.

Partie 8:

mafia européenne “intelligence étrangère – ajout.

La mafia asiatique “intelligence étrangère.

Partie 9:

“mafia européenne” – ajout.

Mafia asiatique “intelligence étrangère – ajout.

Partie 10:

Nouveau regard sur la lutte contre la faction du KGB dans la mafia dominante.

Gaidar et son équipe.

La première division dans la mafia dominante, octobre 1993.

Ichkeria indépendante.

Partie 11:

Lutte contre le terrorisme. Une autre désintégration de la «mafia asiatique». Les oligarques.

Partie 12:

Les oligarques, suite.

L’été chaud 1996.

Président de l’administration avec Chubais.

Le deuxième gouvernement de Chernomyrdin.

Paysage après la bataille.

Partie 13:

1997, accalmie entre les tempêtes.

Administration du Président en 1997.

Troisième gouvernement de Chernomyrdin.

Bataille de Chubaï avec Berezovsky.

1998, l’année par défaut.

Gouvernement de Kiriyenko.

Gouvernement de Primakov.

Administration du Président en automne 1998.

Partie 14:

Intensification de la lutte au sein de l’élite dirigeante à la fin de 1998. Gouvernement de Stepashin.

Poutine et le FSB.

Le gouvernement de Poutine et l’administration présidentielle.

Septembre noir.

Partie 15:

Administration présidentielle en 2000.

Cabinet de Mikhail Kasyanov.

Les structures de pouvoir sous Poutine.

2002, année du “Nord-Ost”.

2003, Administration présidentielle.

2004, gouvernement et administration du président.

Partie 16:

«Jeunes économistes» de Gaidar-Chubais.

Institut de recherche scientifique de tous les syndicats pour les études du système.

“La Commission du Bureau politique”.

Institut international pour l’analyse des systèmes appliqués.

Institut économique et mathématique central.

Partie 17:

Chubaï et son équipe.

Worshop “Snake Jam”.

Club politique “Perestroika”.

Club de discussion “Synthèse”.

Institut d’économie et de prévision du progrès scientifique et technique.

Partie 18:

Printemps 2004. Chebrikov, Kryuchkov, Yeltsin, Luzhkov et Iosif Kobzon.

Partie 19:

Guerre des Gangster des années 1990 à Moscou. La mafia de la drogue de Vladimir Filin.

Partie 20:

Pourquoi la police européenne ne lutte pas contre notre mafia du KGB (suite).

Le «clan de Moscou».

Shabtai Kalmanovich. Boris Birstein. Grigory Luchansky. Semyon Mogilevich. Appel d’auteur.

Partie 21:

“La bande de Filin à nouveau dans la bataille” …

Mettre les trafiquants de drogue hors de la mafia des services secrets extérieurs est devenu maintenant tout à fait impossible – ni en Russie, ni même en Occident “.

Clan Berezovsky, Arkadi Gaydamak, Lev Leviev …

Appendice №1 à 21 pièces. Annexe №2 à 21 parties.

Partie 22:

Remaniement en novembre 2005.

Le KGB et la CIA.

Institutions secrètes du KGB.

Chute de l’Empire soviétique ou Misha doux.

Lettre de VK Bukovsky.

Partie 23:

Rôle du Comité d’Etat de l’URSS pour l’établissement de la démocratie en Russie.

“Centre parallèle”, le KGB se prépare à la réforme économique.

Grigory Yavlinsky ou Taming of the Shrew (apprivoiser la musaraigne). Équipe du Comité d’Etat de l’URSS.

Partie 24:

Qui dirige le groupe de Vladimir Filin?

Un nouveau regard sur la lutte contre les groupes KGB.

Doom 1999.

Au service de la capitale mondiale.

Attaque terroriste au 11 septembre 2001 (9/11).

Entreprise et coopération mutuellement bénéfique entre la CIA et le KGB. Annexe à la partie 24.

Partie 25:

Correspondance de l’auteur avec les personnages du livre.

Le président Yeltsin et sa “famille”.

1994, la première division de la mafia du KGB. Annexe à la partie 25.

Partie 26:

les loups du KGB en tenue de moutons.

Exportation d’armes et de clans KGB.

Le renversement du général Korzhakov.

1997, la deuxième plus grande division de la géométrie du Kremlin.

“Triangle” tchekiste.

Partie 27:

Le nouveau Poutine sera Sergei Ivanov. Quelle mafia opère Kasyanov? Kiriyenko

Poutine est simplement une figure de proue, un agent que l’on appelle. Le “Clan Saint-Pétersbourg » du KGB est le plus petit des 4 clans du KGB. Son rôle dans la politique a été grandement exagéré. En fait, il sert de figure de proue de l’ensemble. La marionnette …

Poutine est vraiment homosexuel et pédophile. Sur le web, vous pouvez trouver la preuve circonstancielle des goûts non conventionnelles de Poutine, si vous êtes intéressé (je ne l’étais pas) …

Je compte quatre clans tchékistes formés au milieu des années 90. En 1999, le clan Korzhakov du KGB (petit fragment d’un clan pro-américain) a fusionné avec le clan de Moscou. Un autre petit fragment d’un clan pro-américain, le clan de Saint-Pétersbourg, auquel appartient Poutine est allié avec l’unité Moscou-Korzhakov (et la CIA semble être de leur côté en ce moment)

Ils luttent contre les plus puissants (à ce jour), le « clan familial du KGB ». Le terme « clan familial » a été inventé dans les années 90, en référence à la famille du président Eltsine.

En occident, on ne sait absolument rien au sujet de ces factions belligérantes qui composent notre « Kremlin ». En fait, le groupe de Poutine , ainsi que la CIA (qui contrôle non seulement l’administration américaine, mais aussi le gouvernement du Royaume-Uni depuis les années 70), ont tenté en vain de prendre le contrôle de l’Union européenne. Ce fut seulement quand ils ont échoué dans cette lutte que les Etats-Unis ont oeuvré à l’effondrement de l’Union européenne. Cela explique la récente sortie des Britanniques … »

Oleg Grechenevsky s’interrompit pour reprendre son souffle. La somme d’information était déjà importante. Il m’avait dit que son livre était disponible en ligne. J’essayai de trouver, cela mit peu de temps : http://grechenevsky.com/html/sources/index.html

Tout était là. Evidemment, la traduction Google était assez mauvaise. Mais il y avait là de quoi comprendre pas mal de choses.

J’entendais déjà le savant Oleg Grechenevsky me dire : tout est là, vous n’avez qu’à lire !

Je tentais tout de même de lui demander de continuer sur sa lancée. Et s’il me renvoyait à la lecture de son pavé, je ne pouvais pas lui en vouloir. Nous, les Européens de l’ouest étions si dégénérés, incapables d’un tel effort.

« Cher Oleg,

Oui, votre sujet est complexe. Voici le compte-rendu que je fais de nos entretiens. Merci de le réviser pour corriger des contresens (inévitables). J’ai carrément omis les passages incompréhensible après la traduction Google. N’hésitez pas à les réintroduire s’ils sont indispensables.

Vos sujets de chapitres m’intriguent. Je vous propose de continuer sur votre lancée. Je reviendrai, peut-être, vers vous pour les questions précises sur vos différents chapitres. Je ne suis pas spécialiste de la Russie, beaucoup de noms et d’événements m’échappent mais je suis ferré comme un poisson au bout d’une ligne ! »

Oleg était toujours disposé à continuer. Il reprit :

« L’objectif principal de ma recherche est seulement scientifique: trouver la vérité. Ce n’est pas si simple, dans le monde sombre des services secrets …

Je crois qu’à l’origine, dans les années 70, aucun des clans du KGB n’a cherché à détruire l’empire soviétique. Les agents de sécurité dirigée par Andropov ne faisaient que mener des réformes économiques, car ils étaient pleinement conscients que l’Union soviétique avait commencé à prendre du retard sur l’Ouest dans tous les domaines. Notre industrie ne savait même pas comment maîtriser la production des échantillons de la technologie moderne, nos espions les ont donc volé en Occident.

Mais l’appareil du parti, sur le terrain, a fortement résisté à toute tentative d’introduire l’économie de marché et à donner une certaine liberté aux directeurs des entreprises d’État. La lutte avec le parti a conduit Gorbatchev (un agent secret du clan du KGB Moscou) à croire que la restructuration devait commencer par la transparence et la démocratisation.

Mais les agents de sécurité n’imaginaient pas que la libération de l’empire soviétique du totalitarisme rigide conduirait inévitablement à son effondrement, ils avaient sous-évalué le nationalisme des républiques soviétiques. Il y eut une lutte acharnée pour le pouvoir entre les deux clans du KGB. Vers la fin des années 80, l’un des clans du KGB, favorable à l’alliance avec l’Occident – a commencé à travailler consciemment en faveur de l’indépendance des Républiques soviétiques …

La démocratie en Russie, et dans les autres républiques soviétiques, a été effectivement donnée par le KGB. Bien entendu, ceci est notre « démocratie », elle est étroitement contrôlée par les clans du KGB. La liberté d’expression en Russie se limite à Internet. Mais je crois qu’une demie-démocratie est encore beaucoup mieux que ce que notre pays a connu pendant mille ans, jusqu’en 1991 … »

Cela devenait vraiment intéressant. J’avais simplement envie que cela ne s’arrête pas. Mais, bien sûr, il fallait respecter la volonté d’Oleg Grechenevsky. J’écrivais :

« Merci Oleg, cela commence à s’éclairer pour moi. Je vous invite à poursuivre vos réponses, à votre rythme.

J’aimerais pouvoir publier notre entretien sur mon blog, en français et en anglais, sous le titre :

Entretien avec le politologue Oleg Grechenevsky.

Tout ce que vous devez savoir pour comprendre comment les services secrets russes ont influencé notre monde.

M’autoriseriez-vous à le faire ? J’oserais vous demander, si cela vous est possible, de bien vouloir m’envoyer une photo-portrait récente de vous et de bien vouloir contrôler régulièrement que ma transcription respecte bien votre pensée. Il me semble que vos conclusions sont suffisamment nuancées. Les “mafias” du KGB m’apparaissent moins antipathiques que les mots ne le disent a priori… »  

Comme d’habitude, Oleg répondit rapidement. La générosité de son offre était touchante. Comment ne pas croire que cet homme luttait pour la vérité ? Il proposait d’éditer son livre sur internet. Cela m’encourageait, bien sûr, à poursuivre ce travail de vulgarisation :

” William,

Bien sûr, je suis d’accord avec votre proposition. Vous pouvez éditer sur Internet tout mon livre, si vous voulez … Je vous envoie la seule photo que j’ai dans mon ordinateur. Elle a été réalisée en 2009 (lorsque l’unité russe de la «Voix de l’Amérique» a publié une interview sur moi).

Est-ce que nos Chekists se sont rendus compte que la perestroïka qu’ils ont commencé pourrait se terminer par l’effondrement de tout l’empire soviétique?

Certainement.

Au cours de la première année, Gorbatchev n’a pas osé entamer des réformes, il a essayé de continuer l’ancien système socialiste. Mais nos dirigeants n’avaient pas d’autre choix. L’empire soviétique avait déjà épuisé toutes ses réserves à ce moment-là. La course aux armements, la guerre afghane, la lutte contre l’Occident sur tous les continents, l’assistance aux pays socialistes partout dans le monde ont pesé lourd sur l’économie du pays.

Et puis, les Américains, en 1985, ont abaissé le prix du pétrole, avec l’aide de leurs alliés en provenance d’Arabie Saoudite. Trois fois de suite en un an !

En avril 1986, une catastrophe s’est produite à la centrale nucléaire de Tchernobyl – et énorme somme d’argent a été une dépensée pour éliminer les conséquences (ils ont dépensé sans compter, personne ne sait même le montant total des dommages).

A cela s’ajoute l’erreur fatale de nos dirigeants, qui ont ensuite commencé à lutter contre l’ivrognerie, à une époque où près d’un quart du budget du pays venait de la vente monopolistique de vodka, à un prix très élevé. Ce qui a provoqué des pertes de plusieurs milliards de roubles – plus que Tchernobyl! (Au lieu de la réforme économique, ils ont d’abord fait toutes sortes de bêtises) …

C’est seulement à partir du printemps 1986 que Gorbatchev a commencé une perestroïka réelle. Il a progressivement supprimé la censure et mis un terme aux répressions politiques. Puis, il a engagé des élections démocratiques … » 

 

 

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s