Belsatzar

belsatzar

The songs of a nasheed, a poem praising Jihad, was looping in his head. Mehdi Nemmouche repeated the words of Aleppo imams: “It’s the Jihad, my brothers, you must kill the infidels and, Inch’allah, especially killing all Jews !” There, in Syria, Mehdi had become” Abu Omar”. He was feared, even by brothers, because he knew how to punish the prisoners he had under his control. It was Salim, his chief, who had given him the honor of this great mission. “This is the first attack of the Islamic State in the West, my brother. You must strike at the heart of Europe. You choose the target, Jews if you want … “Mehdi chose the Jewish Museum of Belgium, rue des Minimes in Brussels. Jews, thiese arrogant people martyred muslim brothers in Palestine, killing children, humiliating men in Muslim lands. He had to punish them. Mehdi had left dead bodies in the museum, and Inch’allah, God permitting, they were Jews.
Now, he was proud to have become Abu Omar. He was not anymore the Maghrebian who was despised by these pretentious students at the law school. They knew all, now, that he had become a warlord.
There, in Islamic State, non-Muslim women were given for nothing. They were his slaves, as all infidel women would be here soon, Inch’allah, if jihad was successful. But all these girls that he owned in Syria were only frightened faces, filled with tears. They bored him.
He thought of Emily. He had known here in the Bourgogne neighborhood, in Tourcoing, when he living there with his grandmother. She was pretty, with light brown hair, she smelled good, she found him handsome. They dated for a while  , before he did stupid things and ended up jailed. But he had often thought about her. Emily was the woman with whom he wanted to start a family, have children. She, only, was able to calm him when she smiled and passed her hand through his hair. But things had gone wrong. There was the incident with the teacher in Tourcoing, petty crimes …
He learned what really Islam was in prison, Islam for which he was made. Jihad had given him everything a man could want : money, power, adventure and the pleasure of humiliating enemies. He would only need a woman to admire him. He had again contacted Emily before leaving for Syria. He hoped to bring her there. He had called her home. Her mother was sullen. She quickly asked : “who’s speaking? ”
– Mehdi, you …
– Leave my daughter alone, you hear me! She is married, has children. She manages very well, she doesn’t need …
He hung up. He again heard Jihad songs that ran through his head. His warrior destiny was ahead. He was perfectly free now, ready for martyrdom. Nothing held him back to the West. Inch’allah, he would kill many more infidels, for the sake of Allah …
Mordechai Ervin Gottlieb was tired. He had come to the Jewish museum, from the embassy. Mordechai was the local correspondent of the office in charge of terrorism, based in Tel Aviv. He had come to visualize te crime scene. He knew the museum but needed to remember details. He had already met, early in the morning, his colleagues at the Israeli embassy and had just met Belgian police officials. They knew nothing, of course. It was the Mossad, the Israeli secret service, who was usually better informed. There was not much to say, but it would come. Everyone knew that the Islamic State wanted to strike in Europe and had many candidates for the mission. Europe was a vast territory to monitor.
Surveillance cameras showed a man, with a hat and a sports jacket, firing. You could tell he was a North African, flexible and powerful. He was calm, efficient. The guy was an experienced warrior and had probably already killed. They all returned from war in Syria.
Mordechai looked at the surrounding streets. He tried to retrace the journey of this killer who had shot and had quietly vanished into thin air. Brussels was a cosmopolitan city. The man probably had accomplices who had brought him there and had helped him to volatilize afterwards. He would have to contact informants to gather clues. But for Mordechai, that crime was signed Islamic state. It probably came from usual suspects in Belgium: the Abdelhamid, Abrihni or others. But it could very well be the act of a newcomer. All these fighters were so young, so thirsty for glory.
Mordechai remembered a time when the youth was jewish, in the 70s for example, when he had decided to settle in Israel. He had left France to the dusty streets and blinding sun of Palestine. Israel was then a young and united country. All were united by the same spirit, the same dream. It was an exciting time.
Mordechai’s father had himself fled from Budapest in 1956 following the Uprising. The Magyars uprising was actually a revolt against the communist political police, led by Isidor Bergfeld and a majority of communist Jews. The anti-communist insurrection had then quickly become a pogrom, before Soviet tanks intervened with 15,000 infantry men. Mordechai’s father was a collaborator of Benjamin Ausspitz, the head of the Political Security in Budapest. Before he died in Tel Aviv, Mordechai’s father told his son the sinful acts that had then darkened his soul, in the basement of the Batthyani palace where were handled tortures and executions of opponents of the Communist dictatorship. Mordechai, in his innocent youth, had learned the sad role of his people in the Bolshevik Revolution. He learned many political commissars were Jewish and had bloody hands.
The dark years of repression in Palestine had also darkened the ideal of his youth. The war, for the glory of his people, passed by the killing of children, by the bloody Kidon missions and cold executions of opponents worldwide. Mordechai had not taken directly part to these commandos but as a supervisor of the embassy, he had to work with them. He had met several of  these lost souls, damned for the sake of Israel.
Today, young jihadist attacks looked like a response. These muslim men and women were young too. They responded to crimes by crimes. It would never end, Israel was condemned to swim in a stream of blood. It was the bitter side of young Mordechai Gottlieb hopes.
The perpetrators of this attack to the Jewish Museum would be arrested sooner or later, or executed discreetly by a commando. As usual now, they would discover, recently converted and radicalized youngsters coming back from Syria, ready to spread chaos and death to be celebrated by their brothers remained in Mosul or elsewhere. All of them wanted so badly to match Mohammed Merah or Amedy Coulibaly notoriety. The fire was lit, these young people were so numerous, ready to sacrifice.
Mordechai was tired of what he knew. It was his job to be well aware of contacts between Israel and these same jihadists who had killed the Jewish Museum in Brussels. Israel preferred to create chaos in the Middle East, with the help of those crazy bastards, than letting anti-Zionist neighbors such as Iraq, Syria and Iran live peacefully.
“Belsatzar ward in Selbiger Nacht / von seinen knechten umgebracht”. Belsatzar was, the same night, killed by his slaves… That was written, quoting the words of Heinrich Heine, by Jewish executioners of the Romanov in the basement of the Ipatiev house, in Yekaterinburg. It was the eternal vengeance of the oppressed against the king. Now, the master was Zion.

Les chants d’un nasheed, un poèmes à la gloire du Djihad, tournent en boucle dans sa tête. Mehdi Nemmouche se répète aussi les paroles des imams d’Alep :  «  C’est le Djihad, mes frères, il faut tuer l’infidèle et, Inch’allah, surtout tuer tous les juifs ! » Là-bas, Mehdi était devenu « Abou Omar ». Il était craint même par les frères car il savait châtier les prisonniers qu’il avait entre les mains. C’était Salim, son chef, qui lui avait d’ailleurs confié l’honneur de cette grande mission. « C’est la première attaque de l’État Islamique en Occident, mon frère. Il faut que tu les frappes au cœur de l’Europe. Tu choisis la cible, les juifs si tu veux… » Mehdi avait choisi le musée juif de Belgique, rue des Minimes, à Bruxelles. Les juifs, ce peuple arrogant martyrisait ses frères en Palestine, tuant les enfants, humiliant les hommes en terre musulmane. Il fallait les punir. Mehdi avait laissé des cadavres dans le musée, et Inch’allah, si Dieu le permettait, des juifs.

Maintenant, il était fier d’être devenu Abou Omar. Il n’était plus le maghrébin que l’on méprisait, l’objet de dédain de toutes ces étudiantes prétentieuses qui l’ignoraient à la fac de droit. Ils voyaient tous maintenant qu’il était devenu un seigneur de guerre, un champion de l’Islam conquérant.

Là-bas, en Irak, les femmes non-musulmanes, on les lui donnait pour rien. Elles étaient ses esclaves, comme elles le seraient ici bientôt, Inch’allah, si le Djihad était mené à bien. Mais toutes ces filles qu’il avait possédé en Syrie n’étaient que des visages apeurés, emplis de larmes. Elles l’ennuyaient.

Il pensa à Émilie, qu’il avait connu au quartier Bourgogne, à Tourcoing, lorsqu’il y vivait chez sa grand-mère. Elle était jolie avec ses cheveux châtain clair, elle sentait bon, elle l’avait trouvé beau. Il l’avait fréquenté un temps avant qu’il ne fasse des bêtises et se retrouve en prison. Mais il avait souvent pensé à elle. Émilie était la femme avec laquelle il aurait voulu fonder une famille, avoir des enfants. Elle seule l’apaisait quand elle lui souriait ou passait la main dans ses cheveux. Mais les choses avaient mal tourné. Il y avait eu l’incident avec la prof à Tourcoing, les vols…

C’était bien en prison qu’il avait appris ce qu’était vraiment l’Islam, l’Islam pour lequel il était fait. Le Djihad lui avait donné tout ce qu’un homme pouvait désirer : l’argent, le pouvoir, l’aventure des combats et le plaisir d’humilier ses ennemis. Il lui manquait une femme pour l’admirer. Il avait encore une fois contacté Émilie avant son départ pour la Syrie. Il espérait l’emmener là-bas. Il avait appelé chez elle. Il était tombé sur sa mère, maussade. Très vite, elle lui avait demandé : « C’est de la part de qui ? »

  • Mehdi, vous…

  • Laissez ma fille tranquille, vous m’entendez ! Elle est mariée, elle a des enfants. Elle se débrouille très bien, elle n’a pas besoin…

Il avait raccroché. Il avait de nouveau les chants du Djihad qui tournaient dans sa tête. Il avait son destin de guerrier de l’Islam devant lui. Il était parfaitement libre, prêt au martyr. Plus rien ne le retenait maintenant à cet Occident qu’il détestait. Inch’allah, il tuerait encore beaucoup d’infidèles, pour la gloire d’Allah…

Mordechaï Ervin Gottlieb était fatigué. Il était venu de l’ambassade. Mordechaï était le correspondant local du bureau chargé des affaires de terrorisme, à Tel Aviv. Il était venu pour se rendre compte de la disposition des lieux. Il connaissait le musée mais avait besoin de se remémorer les détails. Il s’était déjà entretenu le matin à la première heure avec ses collègues de l’ambassade et venait de rencontrer les policiers belges chargés de l’enquête. Ils ne savaient rien, bien sûr. C’était le Mossad, les services secrets israéliens, qui étaient le plus souvent le mieux renseignés. Là, ils n’avaient pas encore grand chose mais cela viendrait. On savait que les djihadistes de l’État Islamique voulaient frapper en Europe et qu’ils avaient de nombreux candidats. L’Europe était un vaste territoire à surveiller.

Les caméras de surveillance montraient un homme en casquette et blouson en train de tirer. On pouvait deviner un nord-africain, souple et puissant. Il était calme, déterminé, efficace. C’était un type qui avait subi l’épreuve du feu, qui avait déjà tué. Ils se ressemblaient tous.

Mordechaï regardait les environs, les rues alentours. Il essayait de refaire le parcours de ce tueur qui avait frappé et était reparti tranquillement s’évanouir dans la nature. Bruxelles était une ville cosmopolite. L’homme avait sans doute des complices qui l’avaient amené et aidé ensuite à se volatiliser. Il faudrait faire le tour des informateurs pour rassembler des indices mais, pour Mordechaï, c’était signé État Islamique. Le commanditaire était à chercher parmi les animateurs connus sur le territoire belge : les Abdelhamid Abbaoud, Mohammed Abrihni et autres. Mais ce pouvait très bien être un nouveau venu. Tous ces combattants de Daech étaient tellement jeunes, tellement assoiffés de gloire.

Mordechaï se rappelait une époque où la jeunesse était dans les rangs de Tsahal, dans les années 70, par exemple, lorsqu’il avait décidé de partir s’installer en Israël. Il avait quitté l’Europe pour les rues poussiéreuses et écrasées de soleil de Palestine. Israël était alors un monde jeune et solidaire. Tous étaient unis par un même élan, un idéal de jeune nation. C’était une époque enthousiasmante.

Le père de Mordechaï avait fui Budapest en 1956, à la suite de l’Insurrection. L’insurrection des Magyars avait été en fait une révolte contre la police politique communiste, dirigée par Isidor Bergfeld et les juifs qui composaient l’essentiel de la police politique. L’insurrection anti-communiste avait alors rapidement pris une allure de pogrom, avant que les chars soviétiques n’interviennent avec 15 000 hommes d’infanterie et leurs chars. Le père de Mordechaï était un collaborateur de Benjamin Ausspitz, le chef de la sécurité politique à Budapest. Avant de mourir à Tel Aviv, le père de Mordechaï s’était soulagé en racontant à son fils les actes coupables qui avaient assombri son âme, dans les sous-sols du palais Batthyani où se succédaient tortures et exécutions des opposants à la dictature communiste. Mordechaï, dans l’élan même de sa jeunesse, avait ainsi appris le triste rôle de son peuple dans la révolution bolchevique. Beaucoup de commissaires politiques étaient juifs et avaient du sang sur les mains.

Et puis, les années de plomb de la répression en Palestine avaient assombri encore l’idéal de sa jeunesse. La guerre pour la gloire de son peuple passait par le massacre d’enfants, par les missions sanglantes du Kidon et l’exécution d’opposants partout dans le monde. Mordechaï n’avait pas fait directement partie de ces commandos de tueurs mais en tant que cadre d’ambassade, il avait du travailler avec eux. Il avait vu leur regard éteint. Il avait mesuré le sacrifice de ces âmes pour leur peuple.

Aujourd’hui, les attentats de jeunes djihadistes avaient l’allure d’une réponse. Ces hommes et ces femmes aussi étaient jeunes. Ils répondaient au plomb par le plomb. Cela n’en finirait jamais, Israël était condamné à nager dans un flot de sang. C’était le revers, amer, des rêves de jeune homme de Mordechaï Gottlieb.

Les auteurs de cet attentat au musée juif seraient arrêtés tôt ou tard, ou exécutés discrètement par un commando de Tsahal. On découvrirait de jeunes hommes peu religieux, récemment convertis et radicalisés ; des jeunes revenus de Syrie, prêts à répandre le chaos et la mort pour être reconnus par cet occident honni, pour être célébrés par leurs frères restés à Mossoul ou ailleurs ; pour pouvoir égaler la notoriété d’un Mohammed Merah ou d’un Amedy Coulibaly. Le feu était allumé, ces jeunes étaient tellement nombreux, prêts à s’immoler.

Mordechaï était fatigué par ce qu’il savait. Il était, par son métier, bien au courant des contacts établis entre Israël et ces même djihadistes qui venaient de tuer au musée juif de Bruxelles. Israël préférait créer le chaos au Moyen-Orient avec ces fous que de conserver de puissants voisins anti-sionistes comme l’Irak, la Syrie et l’Iran.

« Belsatzar ward in selbiger Nacht / Von seinen Knechten umgebracht »,  Belsatzar fut, la même nuit, tué par ses esclaves, avaient inscrit, d’après les paroles de Heinrich Heine, les bourreaux juifs des Romanov dans les caves de la maison Ipatiev, à Ekaterinbourg. C’était l’éternel vengeance de l’opprimé contre le roi. Maintenant, le maître était Sion.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s